..

Courrier d’Eichstätt, 29 septembre 2008
Pièce de rococo en mouvement - Conte d’Oscar Wilde sous forme dansée

<< Cliquez sur l'image pour lire l’article du journal

Eichstätt – Il est peu connu qu’Oscar Wilde a aussi écrit des contes. L'un d’eux vient d’être présenté dans le cadre de la finale du projet Hortus Wander Wunder Kammer. Les danseuses Eiko Hayashi et Sayuri Tronsberg (Munich) ont dansé Le Rossignol et la Rose de Wilde, sur la musique atmosphérique du piano du compositeur Paul Amrod, de la manière la plus réussie qui soit, dans la Salle des Miroirs de la Résidence d’Eichstätt. (…)
Les deux danseuses ont exprimé avec leur vocabulaire chorégraphique, Hayashi avec la danse japonaise et Tronsberg avec le ballet classique, les idées et les émotions du conte de Wilde comme la dévotion, la déception, la vanité et le sacrifice d’une manière aussi gracieuse que merveilleuse, avec les deux traditions de la danse qui se complètent parfaitement l’une avec l’autre. (…)
A Eichstätt, la pièce a été présentée pour la deuxième fois après sa première l'année dernière au Gasteig de Munich et a conclu avec succès le projet Hortus. Comme l’a si bien dit un spectateur passionné : « Nous avons vu aujourd’hui dans la Salle des Miroirs, une pièce de rococo en mouvement ! ».

........................................................................................................

Süddeutsche Zeitung, 25 septembre 2006
Névrose d’une grande ville – Tokyo au Black Box

(…) Katrin Schafitel et Sayuri Tronsberg - une Japonaise formée au ballet classique – ont assimilé le flux des pas souples d’Eiko Hayashi, danseuse de Kabuki au kimono rouge sang (…). Ainsi, la soirée s’est écoulée comme un voyage entre les paroles du kabuki et la névrose de la ville post-moderne (…). Silvia Stammen

........................................................................................................

Münchner Merkur, 23 septembre 2006
Contrastes Est-Ouest - Tokyo, pièce de théâtre dansé au Black Box de Munich

Eiko Hayashi, avec les cheveux noirs longs sur la robe rouge feu, transmit superbement cette servilité flatteuse avec les gestes stylisés de la danse de Kabuki. C’est une chance pour la chorégraphe (…) d’avoir la présence théâtrale de cette danseuse professionnelle de la danse du Kabuki (…). Malve Gradinger

........................................................................................................

Fuji-Musume (La jeune fille-glycine) - Danse à Vienne (Autriche)
Hitomoyou (Arabesques), quotidien japonais du 2 avril 2003

(…) Pourtant l’artiste est fermement convaincue que l’élégance de la danse japonaise ainsi que les blessures de l’âme ont aussi leur pendant dans la culture occidentale. C’est la raison pour laquelle, depuis longtemps, Eiko Hayashi mûrissait l’idée d’extérioriser sur une scène européenne ces notions purement japonaises (…). Eiko Hayashi a développé son idée de mariage entre la danse japonaise et la musique européenne (…) Eiko Hayashi (…) souhaite poursuivre dans cette voie : explorer les possibilités qu’offre la combinaison de l’esthétique japonaise et de la musique européenne classique, établir un point de rencontre entre les deux cultures. Satoshi Fukui